Nouvelles en trois lignes...

  • Explosion dans un collège de Seine-et-Marne : un professeur de chimie voulait créer de l’H2O depuis sept jours.
  • Au bout de cinq jours, le cheval posa le sabot à terre. Le jour suivant, des hommes lui couraient après au nom de Dieu.
  • Panne d’électricité suite à un vol de câbles électriques dans la ville de Meaux : « Et la lumière fut » a déclaré le voleur avant de prendre la fuite.
  • Les transhumanistes de Californie ont créé le premier homme-robot. Il y eut un soir et il y eut un matin : il tomba en panne.
  • Paul, broyé par les roues d'un train, ne rentra jamais dans sa demeure quittée à l'aube. Il y eut un soir et un matin : dernier jour.
  • Après cinq jours enfermé dans sa chambre à programmer, Dieu décida qu’il était temps d’avoir de la compagnie. Il façonna donc les hommes à son image. Trop épuisé, il retourna programmer.
  • Trente luminaires supplémentaires installés à la demande du maire de Paris. Et la lumière fut.
  • Ennuyé, un homme se rendit sur un terrain laissé à l'abandon, où personne n’avait osé aller depuis des années. Il y planta quelques arbres, lâcha trois chats, puis retourna se reposer.
  • « Que la lumière soit ! » Cette phrase a été prononcée quelques secondes avant l’explosion. Les autorités ont cherché le coupable mais ne l’ont pas trouvé.
  • Désastre mondial. Dieu a oublié de sauvegarder le monde avant d'éteindre son ordinateur. Les pertes humaines sont innombrables.
  • Interrogation générale sur le port de la barbe après que Dieu a déclaré avoir fait l'Homme à son image.
  • Fatigué de ses six jours de travail intensif, Dieu a fait du septième jour un jour de repos, par décret.
  • Le cinquième jour, Dieu créa l’homme : depuis un manque de logements se fait sentir aux alentours de Meaux.
  • Narcissisme poussé à l’extrême : après un selfie, Dieu créa tous les hommes à son image.
  • Compétition de surf à Sydney. Les surfeurs remarquent que la mer n’est pas. Dieu la créa trois jours plus tard.
  • Après cinq jours de travail intense, et un samedi reposant, Dieu a créé la Harley-Davidson.
  • Au soir du septième jour, Dieu se rendit compte qu’il fallait débugger la Terre.

« Nouvelles en trois lignes », d’après Félix Fénéon, écrites par les MMI2 à partir de la Genèse dans le cadre du cours d'Ivanne Rialland.

Trois petits cochons V2

Il était une fois trois petits cochons, frères de sang, qui passaient la journée à flâner. Un jour, leur mère, fatiguée de leur fainéantise les mit à la porte, vlam !

Surpris, oh oh oh, ils décidèrent de construire leur habitat. L'un choisit le bois, l'autre la paille et le dernier prit la décision de ne rien faire, boum, il s'assit.

- Tu es bien bête, mon frère, dit l'un des cochons, le loup viendra te manger, gnac gnac gnac.

- Hahaha, le loup ne me fait pas peur ! répliqua l'épicurien.

Les deux autres se mirent au travail. Des zzzzz, des dziii et des pam pam résonnèrent à travers la contrée. malgré cette agitation, le troisième dormait toujours, rrrrr rrrrr.

- Hiiihiiihiii : le cochon enfin réveillé se moquait de ses frères.

- Pourquoi ris-tu, bientôt le loup viendra et te mangera ! Ne pense même pas venir chez nous, car tu resteras à la porte !  hurla le premier cochon.

- Hiii haaaha, vous verrez, vos maisons ne tiendront pas et moi je continuerai à rire de vos âneries.

Excédés, ses frères rentrèrent dans leur nouveau logis, vlam vlam !

Aooouh aooouh, le loup ! Plus vite que le vent, il arriva sur les lieux. Il aperçut les deux maisons. Il se mit à souffler aussi fort qu'il put sur la maison de paille, ouuuf ouuuf.

- Waouh ! gémit le cochon.

Boum, la maison détruite et le cochon sans défense, le loup n'en fit qu'une bouchée. Rrrr rrrr, le loup pouvait entendre les ronflements du deuxième. Toc toc : Qui est-ce ?  dit le cochon à moitié endormi.

- C'est ton ami, le loup, laisse-moi entrer que je puisse te manger. 

- Aaah !  hurla le cochon. Boing boing, il sauta dans son nid.

Brouah brouah, le loup remarqua que la maison n'était pas aussi bien montée qu'elle y paraissait. Alors, il se mit à hurler, aouuh aouuh, pour que le cochon s'agite. Aah aah, boing boing, brouah brouah et puis boum, la maison s'écroula. Le cochon se changea en repas.

Scrotch, scrotch, le loup se retourna pour découvrir d'où provenait ces bruits. Tap tap, il s'approcha d'un pommier, vioup, il lève la tête pour apercevoir un cochon énorme. Youpi, le meilleur pour la fin.

Scrotch, le cochon n'avait rien remarqué et continuait de manger ses pommes. Ssssch, le loup secoua l'arbre.

- Mais que se passe-t-il?! lâcha le cochon.

Oh ! Aah, il perdit l'équilibre et boum suivi d'un whouaah. L'obèse venait d'écraser et de tuer le loup.

- Le vent devait être fort pour agiter l'arbre. Ce n'est pas plus mal, je n'arrivais plus à descendre. s'exclama-t-il.

Rrrr rrrr, couché sur le loup, le cochon s'endormit.

Réécriture des "Trois Petits Cochons" d'après les Exercices de style de Raymon Queneau, par Gabrielle Touré, en première année, dans le cadre des cours d'Ivanne Rialland.

Trois petits cochons V1

Il arrive bien peu souvent que des animaux maîtrisent notre langage. Ce fut pourtant le cas de trois cochonnets dont les cerveaux devaient très certainement excéder en dimensions ceux de leurs congénères.

Ces trois phénomènes de la nature croisèrent la route d'autant d'humains, plus généreux que la moyenne, qui leur fournirent gracieusement des matériaux pour la construction de leurs maisons.

Comme il arrive fréquemment dans les contes, un loup fit alors son entrée. Grâce à son souffle puissant, les maisonnettes des deux premiers petits cochons cédèrent et leurs occupants finirent dans la panse du vorace animal. Il eut cependant plus de mal avec le troisième cochonnet.

Celui-ci occupait une maison de briques relativement solide et était doté d'une méfiance excessivement développée pour un animal de ferme. Tout ceci lui permit d'échapper aux pièges tendus par le loup et même, ironiquement, de conduire son bourreau dans son assiette. 

Réécriture des "Trois Petits Cochons" d'après les Exercices de style de Raymon Queneau, par Aline Garcin, en première année, dans le cadre des cours d'Ivanne Rialland.

Lipogramme

En ce jour ensoleillé, Monsieur Benoit

Pêche en vue de vendre une proie de choix.

Une fois ce butin en poche, il est pris de joie,

Et rêve dès lors de ses futurs biens de roi.

Il prévoit de négocier ce poisson contre du bois,

Pour construire un coffre et pouvoir exporter ses noix.

Une fois toutes ces provisions vendues pour un prix de choix,

M. Benoit pense s’offrir trois oies.

Celles-ci, une fois forcies, doubleront leur poids.

Notre pêcheur projette ensuite de cuisiner leurs foies,

Pour pouvoir en retirer plus d’écus qu’il n’en doit.

Sur quoi, Monsieur Benoit,

Trop occupé, en oublie son emploi.

Le poisson s’enfuit et Monsieur en reste coi.

Cet évènement le met en plein émoi,

C’est depuis qu’on crie sur les toits « Quel benêt ce Benoit ! ».

Lipogramme de Maurine CAVILLON, élève de première année. Ce texte inspiré de Perrette et le pot au lait, a été écrit dans le cadre des ateliers d'écriture d'Ivanne Rialland.

 

Lipogramme

Pierrot met les voiles et porte sur son écouvillon un bidule plein de bouffe. Il bouge vers un bled pour y fourguer ses denrées. En route, il rêve de ses fouilles, qui vont bien se remplir. Brusquement, ses grolles usées le font dinguer, et son colis se pulvérise sur le sol.
Pierrot reprend son combre tombé sur le chemin et gueule comme un chifferton.
"Vindiou ! éructe-t-il. Qui c'est-y qui s'trouve eu, encore ? Ben c'est l'Pierrot. Lui qui veut juste refourguer de quoi biffer..."
Et Pierrot d'effectuer un demi-tour droite en direction de son creux. Il bigotte bien le bon dieu, pour que son échec ne le foute en binelle et pour que bobonne ne lui colle point de rouste.

 

Lipogramme de Sacha Varaine-Jarnac, élève de première année. Ce texte inspiré de Perrette et le pot au lait, a été écrit dans le cadre des ateliers d'écriture d'Ivanne Rialland.